image_pdfimage_print

Accueil de jeunes québécois en Fédération Wallonie-Bruxelles

Du 21 au 25 janvier 2019, le BIJ  a organisé une semaine  de visites sur la problématique du sans-abrisme. A cette occasion, 6 jeunes travailleurs sociaux  québécois ont été accueillis pour y assister. Lors de cette semaine, différents axes ont été abordés autour du sans-abrisme. Phénomène complexe qui recouvre des multiples facettes et qui demande une prise en compte de tous les aspects de la vie de la personne.

Notre semaine a commencé sur les chapeaux de roues !!

Au programme du lundi matin : approche théorique de la thématique en Fédération Wallonie-Bruxelles présentée par l’AMA (la fédération des maisons d’accueil et des services d’aide aux sans-abri). L’après-midi a été consacré aux actions citoyennes ! Le Mouvement « Droit à un toit ou droit dans le mur ? » qui mobilise des personnes déterminées à avancer vers une fin du sans-abrisme est venu nous parler de leurs actions concrètes. Ensuite, ce fut à la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. Depuis 2015, celle-ci vient en aide aux migrants dits du parc Maximilien, en organisant, entre autres, leur hébergement temporaire chez des particuliers. En plus de l’hébergement, depuis mi-décembre 2017, «La Porte d’Ulysse », un centre d’hébergement a été ouvert.

Nous ne pouvions pas aborder cette thématique sans rendre visite au Samusocial !! Dispositif urbain d’urgence sociale et de lutte contre l’exclusion. Le Samusocial a pour mission d’apporter une aide immédiate aux personnes sans abri en situation de détresse psycho-sociale par un travail de rencontre, d’écoute, de réponse aux besoins primaires (dormir, manger, se soigner) et d’accompagnement. Etant donné qu’il n’est pas possible d’aller à la rencontre de toutes les structures, nous avons organisé un afterwork le 22 janvier 2019  à 18h30 au BIJ. C’était l’occasion de faire des rencontres, d’échanger des réalités de terrain entre professionnels du secteur (Belges et Québécois).

Le mercredi, nous quittons Bruxelles pour découvrir des dispositifs mis en place à Namur grâce au Relais Social Urbain Namurois.  Sa mission principale est d’installer les conditions qui permettront la coordination des services publics et privés chargés d’articuler accueil, écoute, assistance, orientation, accompagnement et insertion des personnes en grande précarité. A Namur, le Relais Social travaille également sur des dossiers qui ont trait au logement et à l’hébergement ainsi qu’à l’insertion sociale et à la santé dont la santé mentale. C’est pour cette raison que nous avons rencontré le Relais Santé de Namur ainsi que le Housing First, programme social relativement récent qui vise à aider les sans-abris en leur proposant prioritairement un logement stable. L’après-midi, l’équipe des « Trois Portes » a accueilli notre délégation pour présenter leurs structures au service de celles et ceux que « la vie a abîmé » : maison d’accueil pour femmes et enfants, pour hommes, milieu de vie communautaires, service de stabilisation pour des hommes ayant vécu dans la rue, service d’accompagnement post-hébergement et une crèche à forte mixité sociale !

Jeudi, direction la Wallonie Picarde !! Nous voilà chez Brasero à Tournai. Nous y découvrons une structure d’abri de jour accueillant toute personne majeure en situation de grande précarité. Cet accueil de jour est un lieu où l’on peut venir se reposer, se sentir en sécurité, papoter…Nous avons également rencontré le relais Santé de Tournai, un parèlle a pu se faire par rapport à la visite d’hier.  Nous avons ensuite pris la route pour la ferme Saint-Achaire à Mouscron. En plus d’héberger chaque jour quatorze pensionnaires, cette ferme est un lieu d’accueil, d’occupation, ou de travail pour ceux qui ne peuvent trouver un travail dans le circuit économique traditionnel. Comme activités proposées : le travail du bois (transformation de palettes en petits sacs de bois et de troncs en bûches de bois à brûler) ainsi que  l’exploitation biologique du jardin de la ferme et le soin aux animaux de la ferme (poules, cochon, lapin)

La semaine se termine avec la visite de Transit asbl. Il s’agit d’un centre d’accueil non-médicalisé pour personnes majeures, dépendantes aux drogues (stupéfiants, alcool, médicaments). Elle comprend neuf projets : le centre de crise, le comptoir LAIRR (accès au matériel stérile), le travail en prison, la phase IV (studios supervisés), le travail de rue, la phase V (accès au logement social), le rôle d’Opérateur Régional Bruxelles Assuétudes (ORBA), les formations et l’Espace Femmes.

En conclusion, les Québécois sont repartis avec en tête de nouvelles pratiques à mettre en place chez eux.

A travers cet article, le BIJ souhaite remercier tous les travailleurs de ces structures qui font un travail remarquable ! Merci de nous avoir accueillis et fait découvrir votre quotidien.