image_pdfimage_print

Une collaboration porteuse de sens

35 ans d’échanges de jeunes de Fédération Wallonie-Bruxelles et du Québec

2019 a marqué 35 ans de projets entre les jeunes du Québec et de Fédération Wallonie-Bruxelles. Durant cette période, plus de 23.000 jeunes ont vécu une aventure passionnante de l’autre côté de l’Atlantique. Les projets réalisés par les jeunes des deux Communautés ont abordé des thématiques variées, reflets des centres d’intérêt et préoccupations des jeunes qui ont trouvé à travers eux des éléments nouveaux de réflexion, des contacts pour développer des réseaux, des occasions de se former et d’enrichir leurs compétences, des pistes concrètes pour prolonger la démarche à leur retour et en diffuser les résultats.

Ce moment symbolique a été fêté lors d’une très belle soirée à l’Olympia de Montréal mais aussi lors de l’Agora Jeunes Citoyens en présence de Monsieur Pierre-Luc Desgagné, délégué général du Québec (Délégation générale du Québec à Bruxelles) et de Madame Vinciane Périn, chef de service Québec à Wallonie-Bruxelles International, entourés de la délégation des jeunes québécois à l’AJC et de l’ensemble des participants.

Le BIJ et LOJIQ ont mis les jeunes au cœur des festivités et nous les remercions d’avoir répondu à nos appels, pour leurs témoignages  et leurs souvenirs qui ont mis en valeur la richesse des échanges entre le Québec et Wallonie/Bruxelles.

Le programme Québec : un outil d’apprentissage par l’expérience

En 2019, 254 jeunes FWB ont participé à un projet au Québec et 225 jeunes québécois ont été accueillis en FWB. Parmi les thématiques des projets choisies par les jeunes de FWB, viennent en premier «art et culture» avec 26% et «citoyenneté» avec 23% puis «éducation et formation» avec 12% et « environnement et développement durable » et avec 11%.

Ces chiffres illustrent combien pour le BIJ et LOJIQ, la mobilité internationale n’est pas une fin en soi mais bien un outil d’apprentissage par l’expérience. L’évaluation des projets est continue et réalisée via la lecture approfondie des rapports finaux, les rencontres avec les promoteurs, les visites de projets… Elle permet de souligner notamment les retombées suivantes: rencontres et échanges, découvertes interculturelles, ouverture internationale et capacité d’adaptation à d’autres réalités, développement du sens de la citoyenneté, renforcement de la tolérance, capacité d’écoute, lutte contre les préjugés, droit à la différence…

Les projets Tremplin Job Québec en sont un bel exemple comme par exemple l’expérience de Joyce qui a été accueillie à la Maison Carpe Diem, à Trois-Rivières. Ce centre de ressource Alzheimer, avec sa philosophie d’accompagnement, était pour elle la référence en termes d’ambitions professionnelles. Parmi les éléments positifs à retenir de cette expérience, elle signale « une riche expérience tant sur le plan professionnel (être une «meilleure psychologue») que personnel (apprendre la débrouillardise, l’indépendance, faire face à la nouveauté, loin des repères habituels)… ».

Les projets de groupes de jeunes via le volet « rencontres et partenariats » du programme Québec sont aussi autant d’occasion de favoriser l’apprentissage interculturel, le développement d’une citoyenneté active et du sens de la solidarité.

En témoigne notamment, le projet « Our blue world » de la Maison de Jeunes La Bicoque : à travers la réalisation d’un documentaire, les jeunes ont voulu échanger et partager leurs expériences en tant que jeunes citoyens confrontés à la crise climatique avec des jeunes québécois engagés pour créer une parole commune et découvrir des initiatives éco citoyennes.

De leur côté, BIJ et LOJIQ organisent des visites thématiques comme ce fut le cas pour « Democracy reloading » en octobre 2019 où des participants FWB sont partis au Québec pour explorer la façon dont les instances communales et du monde associatif coopèrent avec la jeunesse pour favoriser la concrétisation de politiques publiques inspirantes et la participation individuelle ou collective des jeunes et des citoyens en général pour devenir des acteurs de premier plan.

L’Agora Jeunes Citoyens : échanger et réfléchir à l’avenir de notre planète

En octobre 2019, 122 jeunes venus de toute la francophonie se sont retrouvés en Belgique pour l’Agora Jeunes Citoyens dans le but de réfléchir et d’échanger sur l’avenir de notre planète face aux menaces d’effondrement. L’AJC a rassemblé une centaine de jeunes venus des quatre coins du monde et qui rêvent de changements pour aborder le sujet, délicat mais crucial, de notre avenir commun sur cette planète. Cette rencontre internationale d’envergure avait pour objectif de permettre à des jeunes acteurs de tous les horizons de se rencontrer, d’échanger leurs réflexions et leurs projets, de partager leurs actions concrètes et leurs bonnes pratiques pour changer nos modèles actuels. Les délégations internationales ont été constituées en partenariat avec Les Offices Jeunesse Internationaux du Québec (LOJIQ), l‘Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ) et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

Le Parcours numérique francophone : 4 événements majeurs en FWB, au Québec, en Afrique et en France

Le Parcours Numérique Francophone œuvre pour une jeunesse connectée en renforçant la coopération des jeunes de l’espace francophone dans les domaines du numérique. Concrètement, le Parcours Numérique Francophone réunit 40 jeunes entrepreneurs et innovateurs francophones, de 5 continents, au fil de 4 festivals majeurs du numérique : le KIKK Festival à Namur, la Semaine Numérique de Québec, l’Africa Web Festival d’Abidjan et le Web2Day de Nantes.

Ce parcours a été initié par le BIJ, les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ), l’Office franco-québecois pour la jeunesse (OFQJ) et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Impliqués depuis 10 ans dans le champ de l’entrepreneuriat des jeunes, ces partenaires ont l’ambition de créer des réseaux professionnels durables dans le domaine du numérique. En 2019, 26 jeunes FWB ont participé à ces différents événements avec des jeunes francophones.

Et maintenant ?

De nombreux jeunes ont vu leur projet au Québec ou en FWB reporté pour cause de la crise du coronavirus. Cela ne les a pas empêché de continuer à communiquer avec leurs partenaires comme par exemple le groupe de rock francophone « Le Piège » qui a été sélectionné pour partir au Québec en septembre 2020 et qui a choisi de jouer à distance avec son partenaire québécois.


Mathieu a eu une bourse tremplin Job Québec pour s’investir comme volontaire auprès de l’association « Maison De L’Amitié » de Montréal auprès de laquelle il a donné des cours de français aux primo arrivants sur le sol québécois. Le confinement venu au Québec, il a décidé de rester et de continuer à aider son association d’accueil par la mise en place de cours en ligne et la refonte du site internet de l’association. « Je conseille vivement l’expérience Tremplin Job Québec car c’est une manière de découvrir le Québec, de mettre directement un pied dans un environnement professionnel québécois, d’apprendre les manières d’être et de travailler là-bas ».


Nous entendons chaque jour des exemples de projets plus créatifs les uns que les autres à distance et plus que jamais les jeunes s’engagent en agissant solidairement, en prenant des initiatives constructives au cœur de la crise. Ils sont porteurs de changement et seront plus que jamais au cœur des transformations qu’impliquera le monde après COVID.

LOJIQ et le BIJ resteront à leur écoute et les accompagnera sans aucun doute en adaptant leurs programmes en fonction de leurs besoins et de leurs priorités, comme nous venons de le faire en aidant la mobilité virtuelle, en soutenant leurs actions de terrain et en favorisant le volontariat intra national.