image_pdfimage_print

Compte-rendu de résidence

Lieu : QFTF, Eisenach, Am Bleichrasen, Allemagne

Le répertoire du nouvel album d’ODIL est prêt. Il est composé de 10 morceaux, dont 2 chansons qui seront interprétées par Leïla Martial. L’album sera enregistré en avril au studio Motor Music Studio de Mechelen. Il sortira début octobre sur le label QFTF, chez qui était organisé la résidence.

La résidence a été exclusivement consacrée à l’arrangement des morceaux qui seront présents sur l’album. Les compositions avaient été faite en amont. Le gros du travail a donc été de travailler les partitions, de trouver un son qui nous convienne à tous, entre électronique et acoustique. En effet pour ce nouvel album, nous intégrerons plus de synthétiseurs que sur le précédent. Trouver un équilibre entre ces nouveaux sons électroniques et le piano acoustique a donc été un chalenge de taille et beaucoup de temps lui a été consacré. Une autre partie du temps de travail a été consacré à travailler les improvisations et à trouver une unité dans celles-ci.

Normalement dans un contexte jazz standard, les improvisations ne sont pas guidées, et libre à l’interprète de les jouer comme bon lui semble. Cependant, pour ce répertoire, nous nous sommes donné des idées de couleurs, de timbres ou de tessitures à exploiter, pour nous obliger à sortir de nos zones de confort et créer une musique où composition et écriture sont en congruence. Nous nous sommes rendu compte que la musique écrite était exigeante et avons profité au mieux du temps imparti pour la travailler en profondeur. Nous nous sommes fixé des horaires de 09h-12h pour le matin, 14h- 18h pour l’après-midi. Entre-temps, nous mangions, ou profitions de la nature environnante.

La prochaine étape de répétition se fera en avril, juste avant de rentrer en studio et avec les guests qui seront présents sur l’album : Sam Comerford, Leïla Martial et Valentin Ceccaldi. Deux morceaux sur les dix n’ont pas encore été travaillés. Il s’agit des deux chansons commandées à l’artiste songwriter Franziska Staubli, spécialement écrites pour la chanteuse Leïla Martial. Nous avons défriché la matière mais la principale intéressée étant absente, nous avons été limité dans le travail de ces deux chansons. D’ici là, nous avons quelques concerts prévus pour peaufiner et affiner, devant public, ce nouveau répertoire.

Le label s’est montré satisfait du travail accompli et la relation entre le groupe et le label s’est renforcée et développée. Une relation de confiance mutuelle est en train de s’installer et c’est de bon augure pour la suite du travail du groupe. Les conditions d’accueil étaient optimales pour un travail soutenu dans le calme de la petite ville d’Eisenach. Le dernier jour, Hagen Moller, le directeur du label, nous a proposé une session photo pour la promotion de nos futurs concerts. Certaines de ces photos sont jointes plus bas. Il nous a également offert une collection de
certains vinyles sortis sous son label tels que le duo suisse Iynnu, le dernier album du trio de Marie Krüttli ou encore Elisa Day.

Cette résidence est donc un succès total. Elle a soudé le groupe, artistes et professionnels du milieu musical autour de ce projet de nouvel album. Le cadre retiré nous a permis, outre le fait de travailler la matière, d’avoir des échanges constructifs sur notre vision de la musique en général et sur les directions artistiques que nous sommes en train de prendre tous ensemble. Cela nous a
permis, à titre individuel, de re-questionner nos goûts, nos choix et notre parcours artistique. Ces questionnements n’ont rien de métaphysique. Ils vont de pairs avec le travail du répertoire. Ils nous définissent en tant qu’artiste dans un monde connecté où nous avons accès à tous les travaux de nos collègues ou de nos maîtres. Ces questionnements nous obligent à décider le musicien que nous avons envie d’être et quels sont les chemins que nous allons emprunter pour y parvenir. Et pour cela, la résidence en groupe est idéale car elle concilie le travail collectif, individuel et la vie en communauté. J’y reviens encore plus convaincu qu’avant que cette étape, au même titre que les tournées, les répétitions, les sorties culturelles, les enregistrements en studio, est une étape indispensable dans notre développement personnel en tant qu’artiste.

Parallèlement à tout ce travail artistique, un dossier de subvention adressé à la FWB est en cours d’écriture pour assurer le financement de la production et de la promotion du futur album.