image_pdfimage_print

Rencontre de jeunes entrepreneurs à Abidjan

En décembre dernier, le BIJ a accompagné une délégation de jeunes entrepreneurs ou actifs dans le domaine du numérique, à Abidjan, pour une semaine de rencontres et d’échanges autour de l’Africa Web Festival.

Avec plus de 7.000 participants chaque année, l’Africa Web Festival est aujourd’hui le plus important rendez-vous de promotion du numérique en Afrique francophone. Il réunit entrepreneurs, organisations, partenaires institutionnels et grand public. C’est une occasion unique de découvrir les tendances du numérique, étendre son réseau et réfléchir au mieux vivre ensemble par l’innovation, la créativité et l’entrepreneuriat.

L’Africa Web Festival s’inscrit dans le cadre plus large du Parcours Numérique Francophone. Ce dernier réunit 40 jeunes entrepreneurs et innovateurs francophones, de 5 continents, au fil de 4 festivals majeurs du numérique : le KIKK Festival à Namur, la Semaine Numérique de Québec, le Web2Day à Nantes et l’AWF à Abidjan.

La délégation des jeunes de Bruxelles et de Wallonie a donc eu la chance de partager cette expérience avec 3 autres délégations venues d’Afrique, de France, et du Québec et d’échanger autour de leurs cultures, pratiques et valeurs diverses.

Au-delà des conférences et des ateliers organisés par le festival, ce fut aussi l’occasion pour les jeunes de découvrir les réalités ivoiriennes en rencontrant des acteurs locaux comme Jokkolabs (espace de co-working et de réseautage pour les jeunes entrepreneurs), l’Université Virtuelle de Côte d’Ivoire (déjà plus de 10.000 étudiants à distance) ou encore plusieurs créateurs de start-up ivoiriennes, soucieux notamment de la cohésion sociale en Afrique de l’Ouest.

Laurent, un des participants belge témoigne : « les rencontres organisées en amont du festival m’ont permis de découvrir les opportunités qu’offrent les avancées technologiques en Afrique, de comprendre les réels besoins de financement des start-up et l’impact de celles-ci d’un point de vue social et sociétal mais aussi de développer mes compétences de facilitateur dans un groupe ». « J’ai déjà communiqué avec ma boîte et mes clients ayant un pied en Afrique une liste des partenaires potentiels rencontrés formellement et informellement lors de ce festival ».