Actualités

Voir toutes les actualités

Co-création francophone en photographie et poésie

Lancement de la première résidence virtuelle 

Le BIJ en collaboration avec l’Office Franco-Québécois pour la Jeunesse (OFQJ), les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ) et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) se sont associés pour organiser une résidence virtuelle de co-création francophone en photographie et en poésie entre huit artistes de cinq territoires différents. Retour sur le coup d’envoi de la résidence ce mardi 25 mai 2021.

Malgré le contexte de pandémie, les projets artistiques continuent de se-réinventer pour mieux encourager la création et la collaboration entre les artistes à travers le monde. Forts du succès de la résidence virtuelle de création en chanson francophone en novembre 2020, les trois Offices de Mobilité Jeunesse poursuivent leur collaboration pour la mise en place d’une nouvelle résidence virtuelle de création du 25 mai au 11 juin sur le thème de l’intime.

Quatre photographes et quatre poètes venant respectivement de Fédération Wallonie-Bruxelles, du Québec, de France, du Burkina Faso et de République du Congo, vont pouvoir poser leur regard sur ce thème commun pendant trois semaines de réunions virtuelles de création.

2 disciplines, 4 territoires et 8 artistes autour du thème de l’Intime

Ce projet rassemblera grâce aux outils numériques huit artistes aux profils différents. Grâce aux rencontres virtuelles organisées chaque jour, les artistes pourront tisser des liens créatifs tout au long de l’expérience collaborative.

Cette résidence abordera le thème de l’Intime, sur lequel ils seront invités à partager leurs réflexions sur notre rapport au privé, à la connexion personnelle et les grands bouleversements de nos propres repères depuis un an. Chaque artiste prendra ainsi la plume ou l’objectif pour questionner notre rapport à l’intimité.

Dans quel état d’esprit se trouvent-ils depuis un an ? Qu’est-ce qui leur manque ? Ont-ils un besoin accru d’intimité, de sécurité, de connexion ?

En amont, les huit artistes étaient amenés à échanger des tableaux d’inspiration ainsi que des lectures afin de prendre connaissance des univers artistiques de chacun. Pour engager une co-création francophone complète, les huit artistes ont été chacun répartis par duo de poètes et photographes afin de construire leurs productions en résonance.

Victorine Alisse, photojournaliste française de 28 ans, travaillera donc avec le poète, metteur en scène et comédien belge Aurélien Dony. Jeune photographe attachée au sujet des espaces intimes, la belge Odessa Malchair sera quant à elle en binôme avec la poétesse Tina Laphengphratheng, originaire de Lanaudière au Québec. Le travail sur la photographie du montréalais Samuel Graveline sera associé aux textes engagés de la conteuse, comédienne et écrivaine autodidacte Oliva Wend Kuuni Ouedraogo du Burkina Faso. Enfin, le photographe congolais Lebon Chansard Ziavoula, dit Zed, travaillera en duo aux cotés de la plume sensible de Paul Acquitter, poète français.

Un compte Instagram spécial et un fanzine pour partager les créations

Entièrement dématérialisée entre trois fuseaux horaires différents, la résidence sera ponctuée de rencontres quotidiennes ainsi que des ateliers d’accompagnement par des facilitateurs passionnés. La première semaine, le sociologue togolais, Sami Tchak, proposera un atelier sur la notion de confinement à travers les âges. L’atelier poésie sera quant à lui animé par Vincent Tolomé et pour la photographie par Charles-Frédérick Ouellet.

L’objectif de cette résidence est également de favoriser la diffusion des contenus artistiques francophones créés. Un compte spécial Instagram sera lancé à la fin de la résidence, puis animé par le travail des artistes afin de faire partager les résultats créatifs de cette rencontre au plus grand nombre. A cet effet, Ashley Hart, professionnelle du marketing, dispensera une formation numérique créative sur les médias sociaux.

Les productions des huit artistes dépasseront ainsi les frontières du numérique pour être éditées dans un fanzine spécial en fin d’année 2021, afin que chacun conserve un témoignage de ce temps de création que l’on espère fructueux et passionnant.

Zoom sur les participants

Victorine Alisse – Photographie – France

Photojournaliste française de 28 ans, Victorine se consacre à la photographie après une formation en relations internationales et action humanitaire et un voyage de huit mois en sac à dos en Amérique latine. C’est un moyen pour elle de mettre en lumière la réalité de personnes en marge de la société mais également d’entrer en intimité avec les personnes qu’elle rencontre. En développant une approche documentaire, elle traite de sujets sociaux et environnementaux, notamment avec son travail “On avait tous un paysan dans la famille” qui questionne les visages de l’agriculture d’aujourd’hui. Victorine explore également de nouvelles formes narratives en combinant textes et images avec la série “Au grand Air” réalisée avec JS, qui vit au Bois de Vincennes. Ce travail collaboratif n’essaie pas de parler du “monde de la rue”, mais plutôt de faire découvrir une facette poétique de ce mode de vie, qui n’empêche pas la solitude et l’isolement.

Crédit photo : Teresa Suárez

Instagram   Site internet

“J’apporte une grande attention à la collaboration dans le travail. J’essaie d’être dans l’impact de la photographie : qu’est-ce que cela fait résonner en moi.”

Paul Acquitter – Poète – France

Photographe et poète de 25 ans, Paul commence à écrire en 2018 après un passage chez les tailleurs londoniens et dans une agence d’architecture parisienne. D’abord émotive et personnelle, l’écriture et la poésie ont pris une place prépondérante dans la vie de Paul, jusqu’à faire le choix d’une bifurcation radicale dans son parcours. Cette rupture, le manque de sens éprouvé lors de ses premières expériences professionnelles l’a amenée à voir le monde sous un autre visage, à travers l’art. Profondément marqué par le cinéma et les textes de Chris Marker, il s’est concentré sur l’écriture. Selon lui, la poésie porte en elle la puissance d’affecter, émancipatrice, individuellement comme collectivement, qu’il faut embrasser pour saisir les enjeux politiques de notre époque contemporaine. Ses premiers poèmes témoignent de ce regard sur un monde sensible et intime.

Instagram

“Un mouvement s’est engagé, sans que je ne m’en rende réellement compte, d’une écriture prosaïque à une forme d’exploration poétique … J’explore la photographie puis l’écriture depuis quelques temps. Je suis très curieux de voir ce que cette résidence va donner.”

Les participants francophones

Odessa Malchair – Photographe – Fédération Wallonie Bruxelles

Odessa Malchair a 25 ans et vit à La Louvière. Chargée de communication dans les institutions culturelles, elle développe en parallèle une pratique de la photographie inspirée par les espaces intimes. Depuis plusieurs années, elle alimente un compte Instagram, à la fois carnet de souvenirs et invitation à regarder le quotidien autrement, et visant aussi à trouver ce qui, en chacun de nous, est si intime qu’il tend à devenir universel.

Instagram

Aurélien Dony – Poète – Fédération Wallonie Bruxelles

Aurélien Dony a représenté la Belgique francophone au festival international de poésie de Trois-Rivières en 2013, lors du Printemps poétique transfrontalier en 2018 et en mars 2020 lors d’un échange poétique entre Namur et Québec. Poète, metteur en scène et comédien, il co-dirige l’Absolu Théâtre aux côtés de Charlotte Simon. Passionné par les questions de transmission et de pédagogie, Aurélien enseigne l’écriture dramatique au Conservatoire royal de Bruxelles ainsi que dans les écoles primaires et secondaires.

Site internet

Samuel Graveline – Photographe – Québec

Artiste en arts visuels, Samuel Graveline vit et travaille à Montréal. Il détient un baccalauréat en Arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (2020), et a reçu la bourse d’excellence Monique Charbonneau ainsi que la bourse du Fonds de la Faculté des arts. Il a exposé à plusieurs reprises, entre autres à la Galerie Gham & Dafe, à l’Espace culturel Georges-Émile-Lapalme, à la Galerie Popop, ainsi qu’au Livart; ses œuvres figurent également dans quelques collections privées.

Tina Laphengphratheng – Poète – Québec

Écrivaine, serveuse, botaniste en herbe et rédactrice adjointe au Mouton Noir, Tina Laphengphratheng détient un baccalauréat en lettres et création littéraire de l’Université du Québec à Rimouski où elle poursuit présentement une maîtrise en lettres et création littéraire. Originaire de Lanaudière, elle habite le Bas-Saint-Laurent depuis bientôt six ans.

Crédit photo : Simon Villeneuve

Oliva Wend Kuuni Ouedraogo – Poète – Burkina Faso

Originaire du Burkina Faso, femme de culture, autodidacte, passionnée de lettres, Oliva a reçu plusieurs distinctions pour son travail de comédienne et compteuse. Très engagée, elle met ses talents au service de causes sociales telles que « Samu Social Burkina », « Enfance en péril Burkina » et l’Association Cri d’Espoir. C’est la première fois à Abidjan, lors des Jeux de la Francophonie, qu’elle sort de l’ombre pour se mettre sous les feux des projecteurs des écrivains en présentant sa nouvelle « Noëlie et moi ! ».

Lebon Chansard Ziavoula – Photographe – République du Congo

Lebon Chansard Ziavoula, dit Zed, est né en 1988 à Kellé, Congo.  Membre du collectif Elili depuis 2010, Zed a participé à plusieurs expositions de photographies au niveau national et aussi à l’étranger. Photographe sensible, marqué par l’absence de sa mère, Zed est en quête de l’inconnu et réalise des photographies empreintes de souvenirs et de recherche d’identité. Il initie en 2021 la première édition de Kokutan’Art, les « Rencontres internationales de la photographie d’auteur de Brazzaville » avec le Collectif Mbongui Art Photo.

Les facilitateurs de la résidence

Sami Tchak / Sociologie / Togo

Né en 1960 au Togo, Sami Tchak est un sociologue, romancier et essayiste. De sa production, on peut citer La fête des masques (Gallimard, 2004, Grand prix littéraire d’Afrique noire, traduit en italien et en espagnol), Le paradis des Chiots (2006, Mercure de France, 2006, prix Ahmadou Kourouma, 2007).  Il a obtenu le prix William Sassine pour sa nouvelle « Vous avez l’heure ? », le prix Ahmed Baba pour L’ethnologue et le sage et le prix La Renaissance Française de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer avec son dernier livre, Les Fables du moineau (Gallimard, 2020).

Charles-Frédérick Ouellet / Photographie / Québec

Le travail de Ouellet, originaire de Chicoutimi, investigue les champs de représentation de la mémoire, des lieux historiques et de l’identité, fruit d’une rencontre entre diverses stratégies visuelles documentaires et fictionnelles. Il est l’auteur de trois livres photographiques et ses œuvres ont été exposées dans plus d’une quinzaine de centres d’expositions au Québec, en Ecosse et en France.

Vincent Tholomé / Poésie / Fédération Wallonie-Bruxelles

Humain, vivant, terrestre, né à Namur (Europe, Belgique), auteur, performeur, critique littéraire, remixeur de textes, improvisateur, membre biodégradables des duos sono-verbaux VTGK + kaapshljmurslis + Jantar/Tholomé, Vincent travaille actuellement à TERRES RARES, un livret d’opéra ayant pour toile de fond le rapport que nous entretenons avec nos machines . Vincent est aussi est l’un des multiples membres de la Troupe Poétique Nomade des éditions maelström.

Ashley Hart DRAKKAR Digital / Marketing digital / Québec

Captivée, curieuse et authentique, Ashley est une spécialiste des médias sociaux avec plus de 6 années d’expérience dans le domaine. Diplômée de l’école supérieure en Art et technologie des médias, profil publicité, elle se passionne pour tous les aspects d’une bonne stratégie sociale, tout en gardant l’œil ouvert aux nouvelles tendances du milieu. Ayant un fort intérêt pour le côté humain des gens, son but est toujours de faire rayonner ses clients par l’authenticité.

Des questions ?

N’hésitez pas à contacter Manu Mainil qui suit ce projet au BIJ: manu.mainil@cfwb.be