image_pdfimage_print

Visite d’étude en Fédération Wallonie-Bruxelles

Du 14 octobre au 20 octobre, des rencontres sur le terrain en Wallonie et en Région de Bruxelles-Capitale – de Bruxelles-Ville et Molenbeek à Grivegnée en passant par La Louvière, Charleroi ou Saint-Nicolas – ont permis à Laurence, Nicolas, Gabriel, Philémon, Caroline et Maurice jeunes architectes, paysagiste, performer, réalisateur et journaliste de terrain, avec ou sans expérience, de confronter leurs conceptions de la réappropriation citoyenne de l’espace.

Rencontre avec Joëlle Yana – Co-fondatrice de la Tricoterie – Saint-Gilles

Espaces vacants au Québec vs Espaces publics en Wallonie-Bruxelles : un concept à reconstruire et à s’approprier ensemble, au BIJ, avant de partir à la découverte des projets programmés.

Par qui et comment est initiée puis organisée cette dynamique de réappropriation:

  • deux citoyens achètent un site industriel, le rénovent et y organisent des activités socio-culturelles ouvertes à tous/toutes (La Tricoterie à Saint-Gilles),
  • des habitants d’une rue se mobilisent pour régler des problèmes de délinquance et de mœurs (Potager Alhambra à Bruxelles-Ville),
  • un bourgmestre s’engage et engage 500.000€ (« Imaginez votre ville » à La Louvière)
  • un Centre culturel régional rend une population fière de sa noirceur par les activités proposées et soutien des projets portés par des citoyens (L’Eden à Charleroi)
  • une asbl implantée localement crée un permis de végétaliser l’espace public par le citoyen (Le beau mur à Liège)
  • une petite commune permet à des citoyens en perte de repères d’exercer leur citoyenneté dans le cadre de son Plan de cohésion sociale  (Jardins partagés à Saint-Nicolas)
  • une ville rénove et redynamise un quartier avec et pour ses habitants (Quartier Saint Léonard à Liège)
  • une administration régionale partenaire avec un promoteur immobilier privé met à disposition d’un quartier une friche en plein cœur de la ville  (Parckfarm à Molenbeek/ IBGE Région de Bruxelles-Capitale).

Un programme chargé qui leur a permis de voir l’étendue des formes de participation citoyennes des francophones dans l’espace Fédération Wallonie-Bruxelles.