Témoignage Artichok

Le programme Artichok du BIJ soutient les jeunes artistes en voie de professionnalisation dans leurs premiers projets de mobilité internationale. Isaure est en projet Artichok au Japon depuis le 9 mars 2020.

Le récit de cette expérience

Je travaille dans le studio de l’artiste japonais Kohei Nawa à Kyoto. Pour l’instant, je travaille sur les sculptures nommées “PixCell” : l’artiste prend des objets culturels emblématiques comme des animaux empaillés, des vieilles sculptures japonaises, des figures de dessin animé en plastique, des vieux objets (j’ai vu un merveilleux téléphone l’autre jour)… et y ajoute des billes. Moi, je fais partie de l’équipe qui place les billes. Cela sonne simple mais c’est tout le contraire: l’arrangement des billes doit être beau, esthétique et porteur d’un message, d’une histoire. C’est un vrai travail d’artiste. Une fois les billes placés, on a l’impression que l’objet est en train de s’évaporer, tout en douceur. On se rend compte que le temps passe. C’est ainsi que j’interprète ces sculptures.

Mon projet Artichok était d’apprendre sur l’art contemporain japonais, mais aussi sur l’art ancestral du Japon, et sur les jardins notamment. Ainsi, chaque week-end, je me rends dans un temple japonais, qui est souvent entourée d’un magnifique jardin et je peins une partie qui me plaît à l’aquarelle.

Heureusement pour moi, l’épidémie du coronavirus ne change pas grand chose à mon quotidien, le studio de l’artiste est toujours ouvert et les temples également, mais j’ai dû adopter certaines mesures de sécurité (1 mètre minimum entre chaque employé, port du masque, lavement fréquent des mains…). J’ai donc beaucoup de chance, je trouve, de continuer à poursuivre mon projet.

Par ailleurs, malgré cette épidémie, je peux profiter de trois choses positives:

  • Personne dans les temples quand je peins… le bonheur.
  • J’ai plus de temps pour travailler sur mes propres peintures le week-end, comme je ne peux pas sortir (…et donc pas le droit de voyager!)
  • Mon visa va être très probablement prolongé et je vais pouvoir rester plus longtemps au Japon!

A tous, je souhaite beaucoup de courage et de prudence. Prenez soin de vous 🙂”